Les Femmes Responsables renouvellent leur bureau à Gérardmer

Cliquez pour lire l’article sur Gérardmer Info (21/06/2013)

Les Femmes Responsables présentent leurs propositions sur le vieillissement

La Voix du Nord, Publié le 20/10/2012

« Trente ans pour une fédération de femmes, ce n’est pas mal ! » s’exclame la présidente nationale Brigitte Hannoir.

De nombreuses femmes (et quelques hommes) étaient venues d’un peu partout pour l’assemblée générale nationale annuelle.

Venue de Béthune pour l’assemblée générale de Femmes Responsables. Le week-end dernier, adhérentes et sympathisantes étaient venues parfois de très loin. Chaque délégation présentait ses travaux de l’année sur le « vieillissement » et les thèmes que l’on peut lui associer : dépendance, maltraitance, prévention…

La délégation du Touquet avait centré son étude sur la maladie d’Alzheimer, et c’est Marie-Joseph Bette, conseillère municipale, elle-même Femme Responsable, qui a présenté les avancées uniques de la station avec la création de la Halte-Répit.

Plus de danger à la maison que sur la route

Les accidents domestiques font deux fois plus de victimes que les accidents de la route : partant de cet étonnant constat, le député-maire Daniel Fasquelle est venu plaider aussi une cause qui lui tient à coeur : le maintien à domicile des personnes âgées. En donnant par exemple cette information : une loi peu connue permet de leur rembourser les petits travaux qui sécuriseraient leur domicile. À ce sujet, le député-maire a déposé une proposition pour élargir le remboursement à ceux des enfants qui prendraient en charge ce travail.

Le but initial de Femmes Responsables à sa création était d’encourager les femmes à entrer en politique. La parité ayant été instituée, elles réfléchissent à présent pour « oser dire » et faire avancer les problèmes de la vie quotidienne. Elles sont quarante-six au Touquet, dont la présidente, Gisèle Lanvin.

Les propositions pratiques sont chaque année remises aux élus et l’association est fière d’avoir participé depuis des années à l’évolution des mentalités pour améliorer la vie quotidienne des Françaises.

Conférence l’autorité et l’enfant

Cliquez pour lire l’article

JM Berlemont explique les thèses de l’UMP

Cliquez pour lire l’article

Les Femmes Responsables ont soufflé leurs trente bougies

Cliquez pour voir l’article sur la Voix du Nord (27/11/2011)

30 ans au service de tous, pas que des femmes !

Cliquez pour lire l’article sur l’Avenir de l’Artois (27/10/2011)

Le président de la CNIL invité par les femmes responsables

La Voix du Nord, 22.10.2010

Le président de la Commission nationale de l’informatique et des libertés a dressé un tableau précis mais inquiétant de la situation.

| CONFÉRENCE |

Lundi soir, à la salle du golf, très nombreux sont ceux qui ont répondu à l’invitation de Brigitte Hannoir, présidente nationale et déléguée

de secteur de Femmes responsables. Sur place, un invité prestigieux pour cette conférence-débat consacrée au problème des libertés individuelles dans une société de plus en plus numérique.

Qui mieux qu’Alex Türk peut répondre à cette question :« Faut-il avoir peur du tout numérique ? ». Lui, le président de la CNIL, la Commission nationale de l’informatique et des libertés.

Disposant de peu de temps car devant rejoindre Paris le soir même, il réussit pourtant ce qu’il est convenu d’appeler un tour de force : mettre le débat sur la table en suscitant une prise de conscience collective sur un sujet aussi passionnant qu’anxiogène.

Après avoir rappelé brièvement l’histoire de la création de la CNIL, ses obligations mais aussi ses actions passées et à venir, Alex Türk a dressé un portrait qui donne froid dans le dos de cette société numérique, de son évolution tentaculaire, avec ses bénéfices mais aussi ses dérives de plus en plus nombreuses.

Ce qu’il faut retenir après cet exposé suivi d’un débat malheureusement trop court, c’est qu’il est urgent d’adopter une charte mondiale destinée à préserver la liberté de chacun, un garde-fou, que ne souhaitent pas pour l’instant mettre en place de nombreux pays dont les États-Unis.

Le président de la CNIL, très soucieux de ce problème, s’y attache avec coeur et pédagogie. « Il faut mettre en garde les jeunes particulièrement contre les nombreux réseaux sociaux qui se développent à vitesse grand V et capturent notre vie privée sans aucune garantie de nous la rendre. » Nombreux sont ceux qui sont sortis de cette soirée avec cette conviction que « oui, il faut avoir peur du tout numérique ». Dans tous les cas, un moment de réflexion nécessaire et une belle réussite pour l’association Femmes responsables.

Brigitte Hannoir, indépendance et responsabilité

 

Cliquez sur l’image pour l’agrandir (Marie-Claire 10/2009)

Marie-Claire 10-09

Femmes responsables « On va peut-être déranger… »

Cliquez pour lire l’article sur Echo62 (06/2007)